L’arrogance de Damaro (Par Aissatou Chérif Baldé)

L’arrogance de Damaro (Par Aissatou Chérif Baldé)

20
0
PARTAGER
PENTAX DIGITAL CAMERA

Si  des personnes comme Damaro et tant d’autres comme lui, existent en tant que phénomène, je dirais social et historique en Guinée, malgré leurs vacuité, leur langage violent, haineux et leur vulgarité, nous devons admettre que ces hommes ne sont pas parvenus à atteindre le sommet de l’Etat malgré leurs déficiences intellectuelles et morales, mais grâce à elles. C’est leur négativité qui a séduit et continue encore à séduire. Respect des forts, mépris des faibles, amour de l’argent, désir d’inégalité, d’injustice, de domination, besoin d’agression, désignation de boucs émissaires, dans les organisations, dans les partis politiques, certaines régions de la Guinée, vertige narcissique, mise en scène publique de leurs mensonges éhonté  : toutes ces dérives travaillent l’ensemble de la société guinéenne; elles ne représentent pas la totalité de la vie sociale, mais sa face sombre, elles manifestent de son état de crise et d’angoisse. D’où la nécessité de repenser les fondements de la société guinéenne. 
En effet l’arrogance d’une grande partie du pouvoir actuel qui regarde la majorité de son peuple avec condescendance, doit comprendre que la Guinée de 2001 n’est pas 2019. Et vouloir priver ce peuple de ses droits fondamentaux comme celui de manifester librement pour exprimer  son désaccord avec ce projet de tripatouillage constitutionnel,  n’est rien d’autre qu’une façon de vouloir le déshumaniser. 
Vous ne pouvez surtout pas continuer à tuer la vérité sur votre volonté manifeste à vouloir tripatouiller la constitution pour servir juste votre clan et espérer que le peuple conscient reste silencieux. J’espère que le PRAC n’est pas si mal conseillé pour continuer à cautionner que le sang des innocents doit couler par le simple fait d’une manifestation.  Car la violence quelque forme qu’elle se manifeste demeure un échec. Un état qui use de la violence pour faire asseoir son autorité a déjà perdu d’avance et prouve qu’il est sans âme. 2001 n’es pas 2019 et la Guinée c’est pas la côte d’Ivoire !

Par Aissatou Chérif Baldé, Allemagne 

LAISSER UN COMMENTAIRE