Un Premier ministre sans Lettre de mission : Kassory se fait hara-kiri

Un Premier ministre sans Lettre de mission : Kassory se fait hara-kiri

1281
0
PARTAGER
À trois ans de sa sortie inéluctable, Alpha Condé aura tout essayé. Rien qui puisse sauver d’un échec politique lamentable l’opposant historique devenu président « hystérique ». Du gouvernement de récompense, on arrive à un gouvernement de complaisance, génétiquement modifiables et bourrés de vestibules, d’anciens fossoyeurs de l’économie nationale, ou tout simplement d’opportunistes prêts à sacrifier « tout », absolument tout, afin de bénéficier de postes de prestige.
Pire encore, le nouveau Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, qui s’est hara-kirisé en vendant son parti au RPG arc-en-ciel, arrive sans Lettre de mission. Quelques semaines après sa promotion, le peuple ne sait toujours pas ce qu’on attend de lui. Contrairement aux nominations de Sidya Touré en 1996 et Lansana Kouyaté en 2007, aucune feuille de route n’est définie et le peuple peu enthousiaste
Sidya et Kouyaté étaient tous deux passés à l’Assemblée nationale pour présenter leur vision de la situation et esquisser des perspectives qu’ils jugeaient heureuses pour le pays, laissées à l’appréciation des élus du peuple.
Ibrahima Kassory Fofana, pour sa part, se contente de déclarations médiatiques, aussi inattendues qu’utopiques du genre : « rattraper la Côte D’ivoire en termes de développement et prendre le leadership économique sous-régional en… deux ans ». Avec quelle baguette magique ? Motus et bouche cousue.
Jusqu’ici, « Don Kass », en dehors de sa démarche cavalière initiée en direction des leaders politiques et des institutions républicaines, on ne lui connaît aucune priorité et aucun engagement fort. Son ascension ne semble revêtir, par conséquent, d’aucune importance et d’aucune utilité.
Une ascension qui semble dictée par la volonté réelle du président de la République, Alpha Condé, de perdurer au Pouvoir. De juteux contrats et conventions étant signés, l’objectif est d’empêcher ses potentiels successeurs de venir les dérouler : « C’est nous qui avons signé le paquet global, à hauteur de 20 milliards de dollars, Eh bien ! nous y restons ». C’est cela le leitmotiv. Il faut dire que le professeur Alpha Condé a une fixation constante sur les mines, les inépuisables mines guinéennes.
D’où la forte probabilité que l’opposant hystérique puisse réclamer un bonus de cinq ans sous le prétexte de « parachever ses projets ». C’est là où le peuple de Guinée l’attend. Vouloir briguer un troisième mandat que la Constitution n’a pas prévu est une aventure qui risque d’être périlleuse pour l’hôte d’un jour de Pinet. Tous ceux qui lui prêteront mains fortes dans ce sens, y compris son Premier ministre qui en a juré la main sur le cœur, y laisseront leurs plumes. A bon entendeur salut!
Gordio Kann

LAISSER UN COMMENTAIRE