Toujours en deuil: La presse guinéenne malmenée

Toujours en deuil: La presse guinéenne malmenée

120
0
PARTAGER
Même endeuillée, les autorités guinéennes ne donnent pas de répit à cette presse. Le déprédateur de la liberté de la presse, Me Cheick Sacko, ministre de la justice, vient de faire arrêter le fondateur du site nouvellesdeguinee. A ce propos voici le communiqué de l’Association guinéenne de la presse en ligne Aguipel.
L’Association Guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL) a été informée mercredi de l’interpellation du journaliste et fondateur du site d’informations générales Nouvellesdeguinee.com Mamadou Saliou Diallo par la Direction nationale de la Police Judiciaire (DPJ).
Cette interpellation intervient au moment où la presse nationale pleure la disparition tragique du journaliste Abdoulaye Bah des suites d’un accident de la circulation alors qu’il était en reportage.
L’association prend acte* de la décision de Me Cheick Sako de traduire en justice un confrère pour « diffamation et calomnie » dans un article de presse.
L’Aguipel, condamne la décision d’avoir placé en garde à vue le journaliste, convaincue que seule la loi sur la liberté de la presse est opposable aux journalistes coupables de délit de presse en République de Guinée.
Elle invite les autorités sécuritaires et judiciaires en charge du dossier au respect de toute la procédure.
Le Bureau Exécutif de l’AGUIPEL
Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE