Société -juste un briefing sur cet homme du bien: Le Dr Awada,...

Société -juste un briefing sur cet homme du bien: Le Dr Awada, directeur du CHU Ignace Deen

505
1
PARTAGER

« La valeur d’un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions. La valeur d’un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, son courage, son indépendance et sa maturité. », disait le penseur Mark WB Brown. Le directeur de l’hôpital Ignace Deen est l’incaranation vivante de cette pensée-là.

Nonobstant sa position sociale, le Dr Awada est le « Monsieur tout le monde ». Chacun, riche ou pauvre, a sa place auprès de lui. Courtois envers tous, c’est un homme très sage et très social aux dires de tous ceux qui l’ont approché.

Il chahute avec tout le monde, se régale avec tout le monde, échange avec tout le monde, rend service aux besogneux et aux déshérités. Si la valeur d’un homme peut aussi se mesurer à ce qu’il donne, et non par rapport à ce qu’il reçoit, il faut reconnaitre que le directeur de l’hôpital Ignace Deen est alors un homme du bien.

Mais le travail qu’il fait est très ingrat. Il occupe une position délicate car étant le patron d’un tel CHU, il est sollicité, en temps de crise, par les deux côtés opposés du miroir politique: le pouvoir et l’opposition. Au cours des manifestations causant mort d’hommes, on lui fait porter certaines responsabilités, à tort certes, parce que n’ayant pas cela ni dans ses cordes ni dans ses veines.

Le Dr Awada, pour qui le connaît, est trop social pour rejeter le cadavre d’un militant de l’opposition par exemple. Mais autant qu’il en est ainsi, la presse tire à boulets rouges sur lui, au moindre problème posé. Comme dans cette vieille histoire d’un bébé perdu!… Certains médias l’ont carrément accusé de l’avoir …vendu.

Quand il a tout mis en œuvre pour organiser la recherche, mettant en branle tout le personnel de l’hopital, le bébé a été retrouvé, par ses soins. Mais, paradoxe, aucun plumitif n’a fait mention de cet exploit dans ses colones.

Personne n’est venu pour l’interroger encore moins le décorer. Encore que le cas Toumba Diakité se pose, désormais on s’intéresse au Dr Awada comme si c’est lui qui l’a fait arrêter et incarcérer. Même conakrychallenge, site d’investigation professionnel et averti, a failli tomber dans cette forme de légèreté.

Bref, c’est aussi cela le destin des grands hommes. Siradiou Diallo ne disait-il pas aux médias: « Parlez de moi en bien ou en mal, pourvu que vous ne vous y taisiez point »? Alors, gens de la presse, continuons à parler du Dr Awada.

Sambegou Diallo

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE