Port de Conakry : Limogé, le DRH Sidiki Dramé sort de ses...

Port de Conakry : Limogé, le DRH Sidiki Dramé sort de ses gonds

1393
0
PARTAGER

Rien ne va au PAC (Port Autonome de Conakry) depuis l’annonce de la signature le vendredi 10 août du contrat de concession du quai conventionnel à une entreprise turque pour une durée de plus de 25 ans.   Sur ordre du président de la République Alpha Condé, dit-on, le directeur des Ressources Humaines du PAC, Aboubacar Sidiki Dramé a été limogé de ses fonctions. Son crime, c’est d’affirmer que le contrat n’est pas bénéfique pour le Guinée. Aussitôt, le directeur Financier et Comptable du PAC, Ibrahima Kalil Keita aurait déposé, lui aussi, sa lettre de démission.

Le désormais ancien DRH du Port Autonome de Conakry, Aboubacar Sidiki Dramé a déclaré que son moral est au beau fixe. Toutefois, il a insisté que son poste ne vaut rien par rapport à l’intérêt du pays. Lecture!

« Nous avons été voir le chef de l’Etat après lui avoir envoyé plusieurs courriers pour lui mettre en garde sur les conséquences de ce contrat de concession. Comme nous n’avons pas eu de réponse,  la délégation syndicale du PAC a menacé. Quand j’ai été accompagné les syndicalistes chez le président de la République, j’ai tout fait pour lui expliquer en tant que technicien ayant travaillé sur le dossier mais, nous n’avons pas été écoutés. Très poliment, j’ai dit devant le président de la République que je suis obligé de lui dire la vérité devant Dieu et devant ma conscience que le contrat n’est pas bénéfique non seulement pour le pays, mais aussi pour le PAC et ses travailleurs. Ma remarque a mis le président de la République dans tous ses états.  Après, j’ai appris que le chef de l’Etat n’est pas content parce que j’ai dit que le contrat n’est pas dans l’intérêt supérieur du pays. Aussitôt, j’ai fait ma lettre de démission, je suis allé voir ma directrice générale Hawa Keita. Je lui ai dit que je préfère partir parce que l’orientation qu’on est en train de nous imposer ne nous convient pas. Je lui ai dit, qu’étant le premier responsable du personnel, je ne mettrais jamais en œuvre un plan social contre l’intérêt du personnel du Port. Elle m’a dit de garder patience. C’était le lundi, le mardi j’apprends que le président de la République, lui-même, a appelé et qu’il aurait exigé que je sois limogé de mes fonctions. J’ai répondu que je suis prêt et que c’était ma décision depuis 48 heures.  Quand le directeur financier et comptable, Ibrahima Kalil Keita a appris ce qui ce qui se passait, il a dit qu’il me soutient parce je n’ai manqué de respect au chef de l’Etat et ni à personne. Que je n’ai fait que dire ce que je crois et que nous avons tous la même vision de la chose. Qu’à partir de l’instant, qu’il démissionne aussi.  Ibrahima Kalil Keita a déposé sa démission mais, les tractations sont en cours pour son retour. Il a exigé que je retourne aussi. En réalité, mon poste n’est pas le plus important. Le plus important, c’est l’objet pour lequel nous nous battons ».

avec guineenews

LAISSER UN COMMENTAIRE