Les réseaux sociaux entre vendetta et omerta: Construire la Guinée de demain...

Les réseaux sociaux entre vendetta et omerta: Construire la Guinée de demain ou détruire celle d’aujourd’hui?

409
0
PARTAGER

Les réseaux sociaux partagés entre l’omerta et la vendetta, tout un débat. Faut-il construire la Guinée de demain ou détruire celle d’aujourd’hui par les réseaux sociaux? Une question qui mérite d’être posée, dans un monde de plus en plus numérisé, où personne n’échappe à leur influence et à leur capacité de nuisance.

Aux États-Unis, les Fakes news ont eu un impact négatif considérable sur la dernière élection présidentielle, au point que le géant Facebook a décidé l’année dernière de revoir et modifier sa politique.

Les États-Unis, grande démocratie, super puissance économique, militaire, scientifique et technologique, n’ont pas échappé à la règle et au coup de massue des Fakes news, ce nouveau concept décrivant diverses formes de désinformations.

Que dire de la Guinée, pays où la rumeur est plus puissante que la réalité, et pays fragile dont l’écrasante majorité de la population, anesthésiée par l’analphabétisme, manque cruellement de discernement?
Il revient à la jeunesse et au public hyper connectés de prendre la bonne perspective afin d’utiliser les médias sociaux à bon escient pour construire la Guinée de demain. Ou bien détruire des réputations, saper la vérité et se mettre à contre-courant de la bonne marche du Pays (ce qui n’est pas souhaitable)!
Aujourd’hui, à cette époque des influenceurs et des micro influenceurs, on distingue clairement deux types d’amis facebook ou de followers Twitter: ceux qui construisent et ceux qui s’ingénient à détruire des réputations.

L’omerta sur les médias sociaux

Force est de reconnaître que l’action de Fatoumata Chérif, la guinéenne à l’initiative des selfies-déchets devant les dépôts d’ordures à Conakry, est salutaire.

Ses selfies ont attiré l’attention des Observateurs de France24 (sur la photo) ainsi que les Gui-néens et leurs autorités, cha-cun étant invité à jouer le rôle qui est le sien afin d’assainir Conakry.

Rappelons également le post d’Alimou Sow à propos de cette petite école, en banco, du village de Yéguélin dans Mali Yembering. La bâtisse est devenue depuis une grande école en dur, quasi moderne où chaque élève a désormais sa tablette. Ce, grâce à la seule photo lancée par l’auteur de Ma Guinée Plurielle, primé meilleur Blog francophone 2013 par la radio AllemandeDeutsche Welle, likée et partagée à souhait, et au regard de laquelle le public a mobilisé des fonds en faveur de l’éducation des enfants dans cette localité. C’est une publication Facebooksalutaire, qui a transformé des vies et qui s’inscrit en droite ligne de l’utilisation judicieuse des médias sociaux.

Vendetta, quand tu nous tiens!

Les exemples de ce type sont nombreux, soit pour assister des démunis, soit pour soigner des maladies rares et sauver des vies, soit pour entreprendre une action publique salutaire, ou encore pour promouvoir la paix…

A l’opposé des bons samaritains, l’on déplore l’invasion d’une deuxième catégorie de personnes sur les réseaux sociaux : Les Coplan FX18 casse tout, avec leurs Profils qui hurlent Fake et leur déluge d’insanités. Chez elles, tout le monde est peint en noir, il n’y a pas de bon Guinéen.

Nombreux sont ceux qui souffrent de l’action impitoyable de cette dernière espèce d’internautes.
Aujourd’hui, leur méchanceté a conduit bien de gens, innocents, à vivre renfrognés, dans la honte et la clandestinité. D’aucuns pour avoir retrouvé leurs photos nues sur les réseaux sociaux. D’autres pour des vidéos croustillantes de leur sextape. J’en passe et des meilleurs !

Que dire des entreprises, publiques ou privées, des institutions et services étatiques, des hauts responsables du pays… qui paient cher la facture du numérique, étant régulièrement attaqués par l’ennemi invisible, contre lequel ils n’ont pas le moyen de se défendre ?

En 2017, la rumeur selon laquelle l’actuel ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale, le Dr Mohamed Diané, aurait été en brouille avec son mentor, prêt à le limoger, s’est répandue sur les médias sociaux comme une traînée de poudre. Il a fallu le tout récent remaniement ministériel pour confondre les auteurs de ce puissant gag : le Dr Mohamed Diané a été reconduit a son poste avec des pouvoirs plus élargis. C’est tout dire !

Depuis un certain temps, c’est la Douane qui est ciblé par les“mercenaires du numérique”, nonobstant l’efficacité de cette entité et toutes les réformes enragées en son sein.

Tenez ! Depuis 2010, les recettes douanières sont en accroissement continu. En 2010, la Douane nationale a généré près de 1685 milliards.

En 2017, cette même Douane a engrangé plus de 7004 milliards de FG, comme recettes versés au Trésor public guinéen. Cette augmentation à plus de quatre fois est due aux réformes engagées par la Direction nationale des Douanes de 2010 à nos jours.

Et qui dit réformes dit changement de comportement et d’attitude. Donc ces personnes qui se trouvent atteintes par ces réformes-là sont en train d’utiliser les réseaux sociaux contre l’administration générale des Douanes. Preuve que les réformes visant à sécuriser les recettes ont porté leurs fruits. Depuis une dizaine d’années, elle n’a jamais été prise à défaut par la Commission économique et financière de l’Assemblée nationale. Par contre, la Douane nationale est toujours allée au-delà des prévisions budgétaires.
Dès lors, l’on peut s’interroger sur la réelle motivation de ceux qui mènent une campagne de discrédit assidue contre cette entité, si ce n’est que le besoin de nuire pour nuire.

Tel que l’a dit l’écrivain et philosophe italien, Umberto Eco, l’internet a repris le flambeau du mauvais journaliste. Et, «les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d’imbéciles qui avant ne parlaient qu’au bar et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite. Aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel». Méfiance donc!

Par Sambégou Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE