Le tristement célèbre Thiegboro Camara devant les Tribunaux

Le tristement célèbre Thiegboro Camara devant les Tribunaux

1620
0
PARTAGER
Les ennuis ne font que commencer pour le gendarmeux Thiegboro Camara qui trône sur le Secrétariat à la Présidence chargé de la drogue et du crime organisé. Cet inspecteur Colombo des temps modernes, par citation directe, est appelé à comparaitre devant le Tribunal de 1ère instance de Kaloum, le 30 mai prochain (dans dix jours).
Cet « escroc » haut perché doit répondre des faits d’abus d’autorité, de dénonciation calomnieuse et de tentative d’extorsion contre la société international Cashew Holding SA-U qu’il a fermée le 12 avril 2018, sans procès, sous le prétexte fallacieux que les conditions de travail y seraient difficiles et les licenciements abusifs…
Comme cela ne suffit pas, le tristement célèbre Thiégboro, inculpé dans le massacre et les viols du 28 septembre 2009, va se livrer à une campagne de dénonciation calomnieuse par voie de presse, griffonnant une prétendue note d’information adressée au Président de la République pour ternir l’image de la société, lit-on dans cette citation directe (dont libreopinionguinee.com a eu la primeur). Tout cela après avoir exigé par son complice Moussa Camara de faire venir l’administrateur de la société afin d’exiger à ce dernier le paiement d’une somme d’argent.
Face à ces infractions, le gourou des services spéciaux de lutte contre la drogue et le crime organisé court, outre la sanction pénale, le risque de payer, au titre de dommages et intérêts, cinq milliards de francs à la requérante.
C’est l’une des toutes premières plaintes contre ce gendarmeux, notoirement connu pour son goût prononcé de l’amalgame et la confusion, la calomnie et l’extorsion de fonds car il faut rappeler qu’il est aux prises avec une douanière qui se serait fait délester, récemment, d’un montant de 80 millions de francs. De nombreux commerçants, allant des cambistes aux importateurs de peintures, devraient emboîter le pas à ces différents plaignants, en raison des préjudices qu’il leur auraient faits subir.
À la tête d’une immense fortune
D’État guinéen pourrait lui-même ester le colonel Thiegboro Camara en justice, en raison de sa promiscuité avec les narcotrafiquants. Les spécialistes des stups le soupçonnent d’être de mèche avec la mafia libanaise, au sein de laquelle émergeraient des noms comme Accra, Ali et consort, des pontes avec lesquels il auraient des intérêts et des atomes crochus. Ce fumiste de Thiegboro semble plus dangereux que la peste…

Si toutes ses actions ne sont pas répréhensibles, bien nombreuses sont celles qui relèvent de l’escroquerie et l’anarque. En d’autres termes, les ennuis judiciaires ne font que commencer pour cet homme privé de test…

Habib Sanoh

LAISSER UN COMMENTAIRE