Le show télévisé du Premier ministre: Une vaine tentative de bourrage de...

Le show télévisé du Premier ministre: Une vaine tentative de bourrage de crâne

335
0
PARTAGER

Ibrahima Kassory Fofana est passé sur le petit écran pour dégager son auto satisfaction, après ses 100 premiers jours à la Primature. Un show télévisé à la Don Kass, ou plutôt une vaste opération de bourrage de crâne. Promesses, intrigues et affabulations se sont bousculées en longueur d’émission. Extraits.

Revendication salariale des enseignants: « Cela n’est pas possible »

Est-ce maladroit de la part du Premier ministre? En tous les cas, Ibrahima Kassory Fofana semble vouloir mettre fin aux négociations actuelles entre le SLECG et le gouvernement, compromettant du coup la rentrée des classes prochaine. Par ailleurs, sa déclaration suivante semble inspirée d’une fiction dont il en a le secret:

« Avec 8 millions de francs guinéens comme salaire de base, l’enseignant guinéen serait mieux payé que l’instituteur français. Cela n’est pas possible. Nous n’en avons pas les moyens. Notre budget est soutenu à 30% par l’aide extérieure donc, il y a une certaine chose que nous ne pouvons pas nous permettre. Ce n’est pas de l’arrogance mais je dis que les 8 millions comme salaire de base n’est pas envisageable. Quand j’entends le syndicat dire de faire des coupes dans le budget pour mettre sur les salaires, c’est parce qu’il ne sait pas les limites de mes prérogatives. C’est au parlement de décider du budget, pas le Premier ministre. »

Réponse du berger à la bergère, « ce qu’il a dit n’engage que lui, c’est sa position personnelle. Pour nous, c’est la suite des négociations qui est déterminante », martèle Aboubacar Soumah, secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG).

Notons qu’en France, le salaire de l’instituteur varie entre 1600 euros et 3000 euros. Le stagiaire ou contractuel touche 1500 euros mensuellement. 8 millions de FG représentent environ 800 euros.

Scandale financier: « Vérification faite, ce n’est pas vrai »

« J’ai vu ça, mais je peux vous dire sans risque de me tromper, c’est totalement faux. Il n’y a pas de scandale financier à la Banque centrale. C’est totalement faux. Ça n’existe pas. J’ai lu un papier prétendant qu’il y a eu un scandale financier à la BCRG…

On ne peut pas gérer l’argent public ou les dépôts à la Banque centrale de cette façon qu’on vous a décrite. Ce n’est pas vrai. Nos relations avec les banques où la Banque centrale prend l’argent… à un moment donné, ce n’est pas la Guinée, c’est toute l’Afrique, pour des raisons données, les banques suisses ont décidé d’arrêter avec certains pays africains dont la Guinée. Il fallait rechercher des partenaires pour transporter cet argent, pour le placer (…)

La Banque a fait le travail dans les règles de l’art. Alors, des soupçons existent pour dire qu’entre le moment où les gens ont pris l’argent pour le déposer, il s’est passé des semaines où des jours, donc ils ont profité pour investir, vérification faite, ce n’est pas vrai. Je dois vous dire que la Banque centrale fait l’objet d’un audit, d’une supervision technique par un cabinet de réputation internationale KPMG-France , pas KPMZ -Guinée que vous connaissez ».

Assainissement: « l’année prochaine le système sera mis en place »

« En fin d’année, nous aurons un opérateur technique qui va être choisi, les équipements seront achetés, ce qui va permettre à la Guinée de s’attaquer, de manière durable et pérenne, au problème d’assainissement. Nous avons l’engagement financier de l’UE et de la BID de 54 millions de dollars consacré à ce problème … une solution pérenne qui pointe à l’horizon. C’est au plus tard en fin d’année. L’année prochaine, le système sera mis en place. »

Emploi jeune: « Ça va aller »

« Il y a une inadéquation entre les programmes de formation et les besoins de l’emploi sur le marché. Comment nous abordons le sujet ? Avec l’appui du BIT nous avons signé un programme visant à établir le répertoire opérationnel des métiers. Quand ce recensement sera fait, ça permettra de guide à la fois aux formateurs pour savoir sur quoi reposer la formation. Le point de départ concerne le domaine agricole. On l’entendra sur d’autres domaines. Ça permettra à la Guinée de disposer d’un système statistique qui permette de garantir à terme l’adéquation entre les programmes de formation et l’opportunité d’emplois. C’est une approche structurelle qu’on a commencé et on va y arriver. »

« Je suis optimiste et fier, le pays sera en chantier dès la fin de l’année »

« Je dis aux Guinéens qu’on a pris la mesure des problèmes et on a fixé des caps en termes d’approches structurelles pour les régler. Nous sommes optimistes pour pouvoir avancer. Le pays sera en chantier dès la fin de l’année. Nous aurons des programmes de routes, de ponts qui vont commencer. Dans le domaine agricole, l’initiative présidentielle se démultiplie (sic!). L’initiative en cours sur les logements sociaux va changer les cadres de vie et les opportunités d’emploi. Je suis optimiste et fier du gouvernement que je suis en train de conduire et je suis assurée par l’impulsion du Chef de l’Etat. »

Force est de noter que cette opération de séduction a été un échec pour celui qui, tous les jours, se fait harakiser davantage. Dans le monde actuel, où tout se sait, on ne pas faire avaler au peuple des fables et contes anciens. Dommage que Kassory Fofana ne l’ait pas encore assimilé, prenant la nuit comme seule réalité.

Gordio Kahn

LAISSER UN COMMENTAIRE