Le président Alpha Condé met-il le pied dans le plat de la...

Le président Alpha Condé met-il le pied dans le plat de la Cour constitutionnelle?

1099
0
PARTAGER

Depuis quelques mois, les membres de la Cour constitutionnelle travaillent dans le bureau du président Alpha Condé pour mûrir des coups bas contre la Constitution. Objectif, isoler et faire partir Kèlèfa Sall, actuelle président de cette Cour. C’est le voeux pieux du chef de l’Etat, qui a besoin d’un ouaille à ce strapontin pour lui faire caresser le rêve d’un 3e mandat. Le stratagème? Faire sauter le Sall obstacle que représente Me Kèlèfa. Un objectif atteint puisque l’état d’incapacité à exercer sa fonction vient d’être décrété à Sekhoutoureya contre Kèlèfa Sall qui, à y voir clair, n’est plus le président de la Cour constitutionnelle, malgre le soutien indéfectible de l’opposition au régime anarchique d’Alpha Condé. La fin de Kèlèfa Sall est là, vu le rapport de force qui lui est défavorable. Il n’a pas d’autres choix que de partir, au risque d’être flingué autrement par le « tueur »…

Huit conseillers de la Cour Constitutionnelle viennent de saisir l’Assemblée Nationale. C’était la semaine dernière. Ils ont déposé une motion de défiance. Objectif de cette motion ? Faire sauter le président de la Cour constitutionnelle, Me Kèlèfa Sall. Voilà qui met à nu la guéguerre qui existe entre les conseillers et le président Me Kèlèfa Sall depuis des mois.

Rien ne va entre Me Kèlèfa Sall et ces huit conseillers. Selon les confrères d’Espace FM, ces derniers temps, les conseillers dissidents se réunissent sans associer le président de la Cour. Les PV de leurs différentes réunions sont déposés sur la table du Chef de l’Etat sans transiter par le cabinet du président de la Cour.

Dans le moratoire qui est actuellement sur la table du Président de l’Assemblée Nationale, il serait question d’auditer les finances de la Cour constitutionnelle. Ils demandent la mise en place d’un comité de trésorerie, la gestion collégiale.

Cette motion de défiance, il faut le préciser, est l’aboutissement de la crise qui règne au sein de la Cour Constitutionnelle. Rappelons qu’il n’y a pas longtemps deux nouveaux conseillers ont prêté serment sans Me Kèlèfa Sall. La cérémonie s’est déroulée à la Présidence de la République en présence du Chef de l’Etat. Tout ceci prouve à merveille que l’institution traverse une crise profonde. Non seulement il y a la division à l’interne, mais la loi est violée par endroits.

Tenez ! Pour être conseiller à la Cour Constitutionnelle, il faut avoir 45ans et plus. Or actuellement trois conseillers de la Cour ont moins de 45 ans. Il s’agit de: Ahmed Temassadou, né le 20 octobre 1976 (42ans), Ansoumane Sacko, né le 26 août 1980 (38 ans); Fatoumata Morgan, 21 janvier 1975 (43 ans ). Enfin, Me Kèlèfa Sall paie-t-il pour avoir rappelé à Alpha Condé, lors de son investiture, qu’il s’engage pour son second et dernier mandat, tout en lui conseillant de faire attention aux sirènes révisionnistes? Rien de moins évident.

conakrychallenge, avec guineenews

LAISSER UN COMMENTAIRE