Le poste de santé de Dara Pété inauguré à Porédaka

Le poste de santé de Dara Pété inauguré à Porédaka

19
0
PARTAGER

Le poste de santé de Dara Pété inauguré à Porédaka

Les résidents et ressortissants de Dara Pété dans la commune rurale de Porédaka ont mobilisé près de 580 millions FG pour construire un poste de santé moderne. D’une capacité de 16 lits, 1 salle de consultation, 1 pharmacie, 1 salle d’accouchement, 1 salle d’attente, 1 bloc latrine, 4 cantines, le centre est clôturé en grillage de 150m.

A cela s’ajoute un bâtiment de 3 chambres, 1 salon, 1 terrasse, 1 magasin, 1 toilette interne pour le logement du personnel sanitaire.

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée vendredi 14 juin 2019 en présence du sous-préfet de Porédaka, Guéladjo Keita, du maire de la commune rurale Alpha Oumar Diallo, des représentants de la Direction préfectorale de la santé (DPS) de Mamou, de la direction sous-préfectorale des Affaires religieuses, ainsi que d’une forte délégation de résidents et ressortissants de Dara Pété.

Mamadou Bobo Bah, secrétaire général de l’Association des jeunes  et amis pour le développement de Dara Pété (AJADD), a saisi l’occasion pour inventorier les préoccupations de sa localité. Ce sont, dit-il, la reconstruction de la route Fougato-Bhouria en passant par Dar es Salam-centre de 15 Km. La réalisation des forages à Fello-Dara, Dougoulin, Mollo, Timbako pour soulager le manque d’eau potable. La construction d’une Maison des jeunes et d’une bibliothèque. L’aménagement  de la plaine Hollandé d’environ 50 hectares située entre BorokoDara et Bourouwel pour l’agriculture.

D’après lui, cela permettra entre autres, d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, de créer des emplois, lutter contre l’exode rural et l’immigration clandestine, mais aussi et surtout de protéger l’environnement.

« L’agriculture est la principale activité des citoyens de cette zone. Cependant, l’agriculture pratiquée ici est de type sur brûlis avec un rendement très faible sans oublier toutes les conséquences néfastes sur la dégradation très poussée de l’environnement. Conséquences : des cours d’eau disparaissent, la température augmente considérablement, la rareté de pluie se fait sentir d’année en année».

Pour relever ces défis, M. Bah sollicite l’appui des autorités, des partenaires, et des bonnes volontés.

Le maire Alpha Oumar Diallo a félicité les citoyens de ce secteur du district de Dar es-Salam pour les efforts fournis. Notamment dans le cadre de la construction des infrastructures dont la mosquée d’une capacité de 250 fidèles, une école primaire de 6 salles de classe et un logement du personnel enseignant d’un coût estimé à 420 millions. Le tout sur fonds propre.

Le représentant de la DPS de Mamou, Dr Boubacar Ditinn Barry s’est réjoui de la nouvelle infrastructure. Il a insisté sur la nécessité pour les citoyens de la zone de fréquenter les lieux chaque fois que le besoin se présente. Car, selon lui, le taux de fréquentation est un facteur encourageant pour la mise à disposition du personnel et des médicaments. Il précise qu’il ne sert à rien d’envoyer des médicaments qui ne seront pas utilisés jusqu’à ce qu’ils soient périmés.

Le sous-préfet a demandé aux bénéficiaires de maintenir le climat de paix et d’entente. Car, d’après lui, « sans la paix aucun progrès n’est possible ». La bénédiction des sages et la séance de coupure du cordon inaugurale ont mis fin à cette cérémonie.

Par Le Populaire

LAISSER UN COMMENTAIRE