Kassory Fofana et la Guinée, Les temps changent: « Tolérance zéro contre...

Kassory Fofana et la Guinée, Les temps changent: « Tolérance zéro contre la corruption»!

842
0
PARTAGER
Le nouveau Premier ministre guinéen a ete installée dans ses fonctions ce jeudi. Une occasion pour annoncer la couleur de sa Primature. Parlant des voix discordantes qui ont accueilli sa promotion, Ibrahima Kassory Foafana s’est voulu rassurant.
« C’est avec beaucoup d’émotion et de responsabilité que je continue de ressentir en moi, la joie des populations à travers tout le pays à l’annonce de ma nomination et de comprendre aussi les doutes de certains. Mais soyez rassurés tous que je m’engage à participer à construire une Guinée meilleure », dira-t-il avant d’être applaudi des deux mains.
Kassory Fofana a indiqué que la croissance annoncée et le changement attendu doivent se sentir dans tous les foyers. D’où sa mission. « L’épanouissement des femmes, la problématique de l’emploi et l’entrepreneuriat jeune,  la lutte avec une approche de Tolérance zéro contre la corruption sont entre autres les préoccupations majeures de nos citoyens. Je puis vous assurer que ces préoccupations seront au centre de l’agenda du gouvernement », promettra-t-il.
En plus de la sécurité, qui fait partie des priorités, le nouveau chef du gouvernement  est conscient que l’autre priorité, figurant parmi les plus urgentes, est la gestion des relations avec les partenaires sociaux et politiques, notamment le SLECG qui menace d’aller et grève dès samedi prochain, et l’opposition républicaine qui a quitté le comité de suivi de l’accord du 12 octobre 2016.
« Je prends fonction dans un contexte de rapports difficiles avec certains partenaires sociaux et politiques. Je les invite d’ores et déjà, dans un esprit responsable, au dialogue et à la concertation pour surmonter les difficultés courantes qui, en fait, ne sont pas propres qu’à la Guinée seulement. Dans cette perspective, la promotion du dialogue social sera au centre de nos préoccupations dans le but de garantir la quiétude sociale et l’ordre public », a-t-il lancé.
Pour gagner tout ce pari, il a appelé « toutes les forces vives » à un « consensus indispensable ». Voila pour le discours officiel. C’est un commerce habituel pour le politique qu’il est. Dire que Kassory Fofana va s’acharner sur la lutte contre la corruption, personne ne l’aurait parié dans les années 90. Tellement que l’ancien ministre des Finances était cloué au pilori, perçu comme une incarnation du diable en personne.
Les rapports accablants tombaient à tour de bras et puis cette histoire mémorable des 274 milliards, à l’occasion de laquelle le général président Lansana Conté, s’adressant à ses ministres, disait: «Ne volez tout le budget, prenez un peu et laissez un peu»…
À l’époque, l’actuel locataire de la Primature était vu comme le plus grand cleptocrate que la terre guinéenne ait produit. L’ancien président de l’Assemblee nationale l’accusait d’avoir fui avec …9 millions de dollars US.
Il y a si bien longtemps…
Il y a près de deux décennies avant aujourd’hui, en 1999, pour être plus précis; la corruption, le détournement de deniers publics ainsi que plusieurs autres malversations économiques gangrenaient dans la plus haute administration publique. Pour tenter d’assainir les comptes de l’État, le Chef de l’État d’alors, feu Lansana Conté commanditait un rapport d’audit des finances publiques, rapport dit d’Hervé, réalisé par une commission dirigée par l’ancien Ministre de la Sécurité Hervé Vincent Bangoura.
Ce rapport a incriminé la gestion des finances publiques et mettait au grand jour, plusieurs crimes et délits économiques commis dans la passation des marchés publics qui impliquaient Kassory ainsi que plusieurs de ses proches. Des pots de vins, des commissions et rétro-commissions sont entre autres les principaux chefs d’accusation de malversations économiques savamment orchestrées.  Plusieurs marchés et sociétés publics et mixtes sont épinglés comme FRIGUIA, ANAIM, ENCO5, ACGP, IMPÔT, affaire TIMBRES FISCAUX, SGS pour ne citer que ceux-là.
Seul dossier de scandale économique pendant les 24 années de règne de Lansana Conté, à connaitre une suite  judiciaire, le procès ouvert a dû rapidement être interrompu, devant l’ampleur des révélations des noms des responsables comme Kassory Fofana, Facinet Fofana…
L’autre fait aura été, lorsqu’il s’est agi de la couverture médiatique de ces affaires, la presse qui a couvert ces événements, a fait les frais d’une véritable chasse aux sorcières contraire à toutes les règles de la liberté de la presse. Le journal  «L’Indépendant» a subi, pour avoir publié le rapport Hervé dans l’un de ses numéros, des représailles sans précédent dans l’histoire de la presse guinéenne.
Le journal a vu, sans aucune forme d’explication, ses locaux cadenacés et plusieurs de ses responsables poursuivis et emprisonnés sous les soins du ministre de l’Économie et des Finances, Ibrahima Kassory Fofana. Le journaliste Saliou Samb auteur de la publication du rapport a été enlevé, séquestré et expulsé nuitamment sur Accra (Ghana).
Pire, l’ancien ministre Hervé a même été violemment interpellé à son domicile par les sbires de Sékou Koureissy Condé alors Ministre de la sécurité agissant sous les ordres du tout puissant dignitaire qu’était Kassory à l’époque. Et dire que c’est le même personnage, endiablé, qui s’impose en champion de lutte contre la corruption dans ce pays? Il est vrai que les temps changent. Mais la Guinée non!
Une synthèse de conakrychallenge.com

LAISSER UN COMMENTAIRE