Ousmane Gaoual: «On s’en fout des vomissures du petit procureur de Dixinn...

Ousmane Gaoual: «On s’en fout des vomissures du petit procureur de Dixinn »

101
0
PARTAGER
La justice, par la voix du petit procu-rieur de Dixinn, Soûl Ndiaye, a prouvé par ses méthodes peu orthodoxes qu’on ne pourrait pas compter sur elle pour l’avènement du changement véritable en Guinée.
Des innocents sont tués, on s’en prend plutôt aux victimes au lieu de sortir les bourreaux, ces gendarmes à la gâchette facile qui reçoivent l’ordre venant d’en-haut. Une bonne justice recherche la vérité des faits, mais ne monte pas de faux dossiers, comme au temps du tyran Sekou Touré, pour faire tomber des victimes innocentes.
Sidy Ndiaye-Le-Soûl, procu-rieur au bec féroce, a clamé urbi et orbi que son parquet a arrêter un certain Boubacar Diallo alias GRENADE. Lequel aurait reconnu qu’au cours des manifestations, certains opposants disposeraint de projectiles et d’armes à feu comme les PMAK pour tirer dans la foule, afin de faire des victimes parmi les manifestants mais aussi au sein même des forces de l’ordre. Pour le procu-rieur de Dixinn, GRENADE est un jeune militant de l’UFDG qui disposerait d’armes de tous calibres.
On comprend facilement où ce démagogue veut en venir. Mais il a peut-être raison, puisqu’il est dans ce pays de merde qu’est la Guinée, un pays à part entière où le mensonge et la complotite ont droit de prospérer.
La réaction du député de l’opposition, Ousmane Gaoual Diallo, ne s’est pas fait attendre. Réplique:
« La justice guinéenne est en train faire l’exercice que tous les guinéens lui connaissent : fabriquer des histoires, faire diversion, oublier l’essentiel. Nous clairement indiqué qu’il y a 93 victimes. Quelque soit les auteurs de ces assassinats, la justice a suffisamment du temps pour mettre les noms des assassins et les commanditaires de ces assassinats. C’est ce qui préoccupe l’UFDG. La recrudescence et la facilité par laquelle, les gendarmes tuent dans nos rangs, il ne faut pas faire diversion en exhibant un jeune du parti, montrer des photos où moi-même je suis ou Hadja Halimatou pour faire croire l’opinion que l’UFDG aurait eu un lien avec des gens armés. D’ailleurs il n’est pas exclu que l’on poursuive Souleymane Ndiaye parce qu’il n’a pas à aller chercher sur internet des photos de personnalités de l’UFDG. Il y a des photos des personnalités de l’UFDG avec beaucoup de citoyens qui circulent partout sur internet. Prendre ces photos comme si c’était des pièces à conviction. Tout ça c’est du n’importe quoi.
La justice guinéenne n’est pas capable de prendre de la hauteur ; les juges aiment fabriquer des histoires, des faux dossiers pour faire oublier à l’opinion l’essentiel. Nous savons que les forces de défense et de sécurité sont à l’origine de l’assassinat de la plus grande partie de nos militants. Ils reçoivent des instructions de la hiérarchie et des extrémistes du pouvoir comme Kiridy Bangoura, Damantang, Bantama Sow, Hady Barry, Souleymane Traoré, Malik Sankhon. C’est tous ces pyromanes qui ont attisé le feu, ils sont en train de communautariser.
Le procureur de Dixinn était où lorsque les Donzo paradaient au siège du RPG avec des armes et qu’ils faisaient le maintien d’ordre dans les rues de Conakry semant la désolation et la terreur ? Qu’ils arrêtent de faire diversion. Cela ne nous concerne absolument pas. On s’en fiche de ce qu’il déclare. Ce que nous savons, c’est que les assassinats ciblés aussi bien communautairement, ethniquement que politiquement doivent s’arrêter parce que les populations en ont marre et qu’on est en train de franchir la dernière digue qui nous sépare de l’anarchie.»
Une synthèse de Mory Diakite

LAISSER UN COMMENTAIRE