Guinée: Pourquoi elle a tant besoin de la Belgique ?

Guinée: Pourquoi elle a tant besoin de la Belgique ?

190
0
PARTAGER
Forte de 170 membres, la communauté belge en Guinée a dorénavant son ambassade. Mais c’est la diplomatie guinéenne qui exulte. Car ce pays situé au coeur de l’Union européenne a décidé d’inscrire la Guinée comme une priorité pour l’aide publique au développement. Et ce depuis 2015.
Le consulat belge devient officiellement une ambassade dont l’ouverture, jeudi 10 mai 2018, a été réellement vécue, « sur décision du Roi Philippe et des autorités belges », précise la chargée d’affaires Delphine Perremans. Se disant très honorée d’en prendre la direction, à peine six mois après son arrivée, elle voit dans cette évolution « un signal politique fort qui confirme l’importance et la qualité des relations bilatérales qui unissent la Belgique à la République de Guinée. Cette décision, de nature à renforcer encore nos liens, a également été motivée par la volonté de la Belgique de mener une politique étrangère intégrée, qui accorde une attention égale à toutes les dimensions », ajoute-t-elle.
Ce n’est pas tout car l’Agence belge de développement Enabel a été installée à la même occasion. Dotée d’un portefeuille d’environ 100 millions d’euros, pour la période 2018-2022, Enabel Guinée s’engage à accompagner notre pays dans son élan de développement. D’où les composantes du portefeuille en question, que décline sonnreprésentant délégué, Evert Wauters:
« J’ai le plaisir de vous présenter les 3 programmes managers d’Enabel qui sont désormais déjà sur place pour le démarrage le plus rapidement possible de ce nouveau portefeuille Enabel en Guinée pour la période 2018-2022. Il s’agit du programme manager développement économique-entreprenariat, financé par la coopération belge ; du programme manager de développement et d’assainissement urbain en Guinée (SANITA) ; et du programme manager dans le cadre du programme INTEGRA de développement socio-économique et création d’emplois sur l’axe Conakry-Kindia-Mamou-Labé, financé sur le fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne ».
Dans son allocution, le ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique, Sanoussy Bantama Sow, parlant d’Enabel, estimera que cette agence est précieuse pour la mise en œuvre des programmes et projets qui meublent le partenariat avec la Belgique: « le rapport financier belge est élogieux », dira-t-il. Aux diplomates belges, il assurera que « le gouvernement guinéen ne ménagera pas son effort pour la consolidation des liens séculaires, d’amitié et de coopération existant entre les deux pays ».
La double cérémonie a été rehaussée de la présence de nombreux diplomates en poste à Conakry et de gros bonnets de la capitale guinéenne. Cérémonie qui s’achèvera dans une ambiance festive.
Notons que le développement de la Belgique est essentiellement partie des PME, des entreprises familiales, bref de l’économie participative et solidaire. Au moment où la Guinée amorce le même élan, elle a tant à recevoir de la Belgique qui, par ailleurs, abrite une très forte communauté guinéenne, laquelle est représentée jusque dans les hautes sphères de l’État belge.
Depuis des années, le nom de famille le plus répandu à Bruxelles est Diallo, suivi de Bah, Barry et, arrive en quatrième position, l’autochtone Janssens. Ça explique tout. (Voir la vidéo suivante):

🇧🇪Les noms De familles les plus fréquents aux Bruxelles DIALLO

Posted by NIALY television on Sunday, March 4, 2018

Gordio Kane, conakrychallenge.com
Groupe de presse Le Populaire

LAISSER UN COMMENTAIRE