Guinée : Dans l’inquiétude d’un coup d’Etat

Guinée : Dans l’inquiétude d’un coup d’Etat

1873
0
PARTAGER

La peur d’un renversement de régime gagne de plus en plus l’autorité centrale. L’inquiétude est perceptible, autant dans les déclarations officielles que dans les actes.

L’état-major de l’armée ne cesse de rappeler aux militaires leur désintérêt du maintien d’ordre public et des manifestations politiques, de plus en plus fréquentes en Guinée. De peur que les hommes en treillis ne jettent et le bébé et l’eau du bain.

Ce jeudi depuis le lever du jour, le centre-ville de Kaloum, qui abrite le palais présidentiel, est quadrillé par les forces de défense et de sécurité. Les véhicules sont systématiquement fouillés, furetés à l’entrée de Kaloum. Les forces de défense et de sécurité sont à la recherche d’armes et de munitions. D’où un embouteillage monstre jusqu’au niveau du Pont des pendus (8 novembre).

De quoi Alpha Condé et son clan ont-ils peur ? Un attentat terroriste ? Un coup d’Etat militaire ? Un coup du peuple ? Ou est-ce à cause du gag qui circule à Coyah ?

En tous les cas, les actes posés ce matin traduisent un malaise profond et une peur bleue de voir le régime crouler sous le poids de la malgouvernance et du mépris affiché contre le peuple, avec son cortège de fausses promesses, de pillage, de gabegie, d’augmentation de prix, de contrats douteux, de surfacturation, de vols de suffrages, de faux complots, de répression et de barbarie…

Le pouvoir Condé a montré ses limites. Le peuple tout entier veut un changement de situation et parer au plus pressé. Le plus tôt sera le mieux. Le président Alpha en est conscient. Dès lors, comment atteindre sa ligne d’arrivée (2020) dans la dignité ? C’est la question qui taraude son esprit.

Daddy et ses ouailles n’ont plus le repos moral car les prémisses d’une transition militaire ont envahi leur réceptacle. Ils n’ont plus le repos moral et la tranquillité d’esprit. 48 heures après avoir tenté d’assassiner le chef de file de l’opposition, le pouvoir Condé, qui est à son crépuscule, risque d’être abrégé avant longtemps.

Conakrychallenge / Sambegou Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE