Fraudes électorales : Les voleurs de la République

Fraudes électorales : Les voleurs de la République

80
0
PARTAGER

La Société civile guinéenne et les observateurs indépendants ont unanimement dénoncé le vol de suffrages, à très vaste échelle, lors des scrutins communaux du 4 février 2018. Les membres du gouvernement, parrains de la fraude, se sont bien démené, pour donner la victoire au parti au pouvoir.

Ministres, députés arc-en-ciel ou opportunistes, chacun s’est battu, à sa façon, pour sauver le pouvoir moribond d’Alpha Condé d’un naufrage électoral. Celui-ci n’a plus la cote. Tout porte à croire que le marchand d’illusions ne trouve pas preneur sur le marché politique.
Maintenant que les promesses ne font plus recettes, le pouvoir s’est vu contraint et forcé d’organiser une fraude massive pour éviter de succomber au vote sanction que lui a infligé le peuple.
L’intendant de la Présidence, Sylla Bill Gates, le ministre de la ville Ibrahima Kourouma, le deuxième questeur du Parlement, Fatouma Camara ou encore le député de Faranah Oularé … s’en sont donné en spectacle, à travers le pays, en bourrant les urnes.
Alors que la coalition des organisations de la société civile (CNOSC, Balai Citoyen, CONASOC, RAJGUI, COJELPED, CROSC, Parlement des Jeunes, Jeunesse active, etc.) a déploré le comportement irresponsable de ces énergumènes et la fraude à très vaste échelle ayant entaché les scrutins, il revient aux partis politiques en lice d’accepter ou non ces résultats tronqués.
Sambegou Diallo 

LAISSER UN COMMENTAIRE