Enlèvement d’Elhadj Abdouramane : Enfin dix suspects, l’otage introuvable 

Enlèvement d’Elhadj Abdouramane : Enfin dix suspects, l’otage introuvable 

89
0
PARTAGER

La gendarmerie nationale vient de procéder à la présentation d’une dizaine de personnes, de nationalité différente, soupçonnées d’être les ravisseurs d’Elhadj Abdouramane Bah,  cet octogénaire et sage du GOHA, enlevé depuis plus d’un mois sur le chemin de sa mosquée.

Pour les gendarmes, le gang est constitué d’une dizaine de malfrats,  parmi lesquels des Guinéens, mais aussi des ressortissants de la CEDEAO (un malien, un nigerian et un léonais).
Problème ?  L’otage reste pour le moment introuvable. Le gang transfrontalier ne semble pas avoir indiqué le lieu de sa détention.
« Celui qui a été appelé à le kidnapper, voit s’arrêter sa mission dès que la cible est pincée ;  il le remet à ceux qui vont le loger ;  la mission de ces derniers s’arrête également  là. Et il y a un autre groupe qui devait s’occuper de lui. C’est là où les gens se sont perdus un peu de vu. Nous sommes en contact avec les unités de gendarmerie et de police des pays limitrophes. A partir de là ils vont nous aider à retrouver ceux qui sont hors de la Guinée », explique l’adjudant Mohamed kouyate, directeur adjoint de la commission d’enquête, échafaudée par les services de sécurité afin de retrouver la victime telle que l’avait promis le président de la République.
Leçon ?  Depuis un certain temps, la Guinée est devenue propice à toute sorte d’opérations criminelles. La porosité de nos frontières n’est plus à démontrer. A tel point que les bandits de toute la sous-région s’y rabattent. A qui la faute ?
Marcel Loua

LAISSER UN COMMENTAIRE