Contribution: Alpha Condé, un colosse au pied d’argile

Contribution: Alpha Condé, un colosse au pied d’argile

91
0
PARTAGER

Jamais un décret du Président Alpha Condé n’a suscité autant de réactions négatives. Le leader historique du « Rassemblement du Peuple de Guinée » nous avait habitué certes à des surprises, bonnes et mauvaises, mais personne n’avait vu venir ce décret qui marque le retour de Oyé Guilavogui dans le Gouvernement.

Ce décret est venu confirmer qu’Alpha Condé n’est autre que ce « Grand colosse aux pieds d’argile ». Le pouvoir discrétionnaire du Président de la République est foulé au sol. L’Etat est réduit à sa plus petite expression.

Oyé Guilavogui, le nouveau Ministre d’Etat à l’environnement, a tenu tête à Alpha Condé. Ce dernier a fini par brandir le drapeau blanc. Dans sa chute, Alpha Condé a emporté avec lui l’Etat, la puissance publique. Désormais, chaque citoyen sait comment s’y prendre. Chacun peut choisir le poste qu’il veut occuper. On s’en fout des compétences et de la moralité de ceux qui aspirent diriger le pays.

Kassory Fofana, un Premier Ministre affaibli…

Le décret pris par Alpha Condé ce dimanche 3 juin 2018, vient confirmer, pour ceux qui en doutaient encore, que le nouveau Premier Ministre guinéen est tout sauf un Chef de Gouvernement. Kassory Fofana sera comme ses prédécesseurs Mamady Youla et Mohamed Said Fofana. Le Premier des Ministres, c’est-à-dire celui dont le décret de nomination a été diffusé en premier. Déjà, au lendemain du décret de composition du nouveau Gouvernement, beaucoup d’observateurs avaient estimé que la nouvelle équipe n’était pas celle du Premier Ministre Kassory Fofana. Son seul « protégé » dans la nouvelle équipe est justement Roger Patrick Millimono. Ce dernier, à peine installé dans ses fonctions de Ministre de l’Environnement, a été prié de bien vouloir plier bagage à nouveau pour atterrir à la tête du Département de l’Elevage. Comme le mot « Démission » n’existe pas dans le dictionnaire conçu pour les guinéens, Patrick Millimono va certainement accepter la nouvelle offre ; Le plus important pour lui c’est d’être Ministre !

Ce décret du 3 juin 2018 va créer un précédent très fâcheux. Kassory Fofana aura du mal à imposer son autorité face à des Ministres qu’il n’a pas choisis. Chacun d’eux connaît par quel moyen il a pu obtenir la signature de son décret.

Le seul avantage que le nouveau locataire du Palais de la Colombe pourrait tirer de cette situation, est que l’opinion est plus que convaincue que le véritable Commandant de bord c’est Alpha Condé. C’est lui qui tire les ficelles. Le poste de Premier Ministre est réservé aux « marionnettes » qu’Alpha Condé façonne à sa guise. Kassory Fofana pourrait désormais trouver une excuse s’il rate sa mission.

Alpha Condé, un Président omnipotent, mais très faible…

Pas plus tard que ce samedi 2 juin 2018, Alpha Condé proférait encore des menaces. Comme un « grand-père » qui s’adresse à ses petits enfants de moins de 10 ans, le Chef de l’Etat (pour ce qui en reste encore), a promis de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur. Selon lui, plus personne ne sera désormais épargnée dans l’application stricte de la loi. Si seulement Alpha Condé savait que la plupart des militants présents ce jour au siège du RPG Arc-en-ciel riaient parce qu’ils ne croyaient à aucune des menaces, aucun des engagements du locataire du Palais Sékoutoureya.

Pour ce qui est du « tout puissant » Ministre Oyé Guilavogui, ce n’est pas forcément parce qu’il a un marabout très fort qu’il est revenu dans le Gouvernement, au poste que lui même a choisi. L’ancien Ministre des Transports a des appuis, des soutiens très forts, en Basse côte, notamment à Kindia. Le grand-imam de la cité des agrumes est le « père spirituel » du Ministre Oyé Guilavogui. Ce « religieux » a une grande influence sur le Président Alpha Condé.

La Guinée sous l’ère Alpha Condé ressemble aux derniers instants du règne de feu Général Lansana Conté. A cette époque, il n’était pas surprenant d’écouter un décret le soir et de suivre un contre décret le lendemain matin. Le leader du « Parti de l’Unité et du Progrès » avait une excuse valable. Son état de santé s’était fortement détérioré. Son entourage était capable de lui faire signer des décrets, même contre son gré.

Alpha Condé lui semble naviguer à vue, au gré des humeurs des uns et des autres.

Par Amadou Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE