Contribution: Alpha Condé, le prési aux mille et une contradictions

Contribution: Alpha Condé, le prési aux mille et une contradictions

702
0
PARTAGER

Il y a quelques mois, lors d’une rencontre à Sékhoutouréya, un commerçant (Elhadj Mamadou Saliou Kegneko) avait tutoyé le président Alpha Condé : « on ne tutoie pas un président », a alors corrigé le chef de l’Etat.

En se pliant très respectueusement aux exigences du président de la République qu’il voulait éviter d’offenser, Kegneko a alors souhaité parler en Poular (qui est la langue locale la plus parlée en Guinée, plus de 32 pour cent des Guinéens) disant que c’est ce qu’il comprend, puisqu’il parle mal français.

Mais, le président Alpha Condé a refusé, exigeant que ce commerçant continue sa communication en français, la langue officielle de la Guinée. Ce qui fut fait…

Aujourd’hui, ce sont 3 journalistes français qui co-animent une émission intitulée «Internationales», diffusée à la fois sur RFI, TV5monde et le journal Le monde, qui ont interrogé le président de la République de Guinée (comme ils le font souvent avec d’autres chefs d’Etat du monde) sur la gestion de son pays.

Mais, concernant son bilan économique (notamment le fait que la Guinée ne décolle pas) et la question portant sur le respect de la Constitution de notre pays, notamment en passant la main à son futur successeur, Alpha Condé s’est mis dans tous ses états. Il dit qu’il ne fait pas son bilan devant eux.

Mais, une journaliste a fait remarquer qu’il était conscient qu’à travers eux il s’adressait à plusieurs guinéens (auditeurs de RFI, téléspectateurs de TV5 et lecteurs du journal Le monde)… Alors, Alpha Condé rejette : 80 pour cent de Guinéens ne comprennent pas le français et beaucoup ne connaissent d’ailleurs même pas l’existence du journal «le monde»… «Je m’adresse directement à mon peuple dans sa langue», dit-il.

Mais, c’est quoi la langue du peuple de Guinée, puisqu’on sait que notre président ne parle que soussou et malinké ? Et les autres guinéens qui ne comprennent ni le malinké, ni le soussou, comment Alpha Condé leur parle-t-il ?

Bref, la communication du président Alpha Condé a été catastrophique lors de cette interview et cette sortie laisse planer un sérieux doute à son respect de la Constitution guinéenne.

Même dire s’il sera encore à la tête de la Guinée lors du 65ème anniversaire, il s’énerve et se met à détourner le débat sur des futilités comme si nous étions encore dans les années 60… Grave !

Une contribution de Nouhou Baldé

LAISSER UN COMMENTAIRE