Campagne sans grossesses: « Une jeunesse engagée sans grossesse non désirée »

Campagne sans grossesses: « Une jeunesse engagée sans grossesse non désirée »

227
0
PARTAGER

Les Jeunes ambassadeurs de Guinée, à l’instar de ceux des autres pays du Partenariat de Ouagadougou, organisent une campagne de sensibilisation sur le thème Jeunesse engagée sans grossesse non désirée. La campagne est prévue du 28 mars au 4 avril 2018 et se déroulera à Conakry et dans deux préfectures environnantes à savoir  Coyah et Dubréka.

Le but de cette activité est de contribuer à la réduction des risques liés aux grossesses non désirées dans le pays d’une manière générale à travers différentes sessions de sensibilisation.
Cette campagne « Jeunesse engagée sans grossesse non désirée» célébrée en différé en Guinée est une initiative de Civil Society for Family Planning est mise en œuvre par IntraHealth International en Afrique de l’Ouest depuis 2011 avec un appui financier de la Fondation William et Flora Hewlett et le Royaume des Pays-Bas.
Cet appui qui s’inscrit dans le cadre du repositionnement de la Planification familiale (PF) a pour but de contribuer à faciliter la capture du dividende démographique.
La stratégie « Jeunes Ambassadeurs », mise en œuvre dans le cadre de l’initiative Civil Society for Family Planing dans les 9 pays du Partenariat de Ouagadougou (PO) constitue un des piliers du repositionnement de la PF en Afrique de l’ouest.
Depuis trois ans, les Jeunes Ambassadeurs (JA) des 9 pays du PO organisent des campagnes Saint Valentin sans grossesse (SVSG), une façon pour eux de contribuer à sensibiliser la jeunesse en milieu scolaire et non scolaire sur les thématiques de la SR/PF et à aider à un réel changement de comportement chez les adolescents et jeunes.
En Guinée, cette célébration bien qu’en différé, a pour objectifs de toucher par la sensibilisation 2.250 adolescents et jeunes sur les questions de santé sexuelle et reproductive et les avantages de la planification familiale afin qu’ils adoptent des comportements sexuels sains et responsables à Conakry, Dubréka et Coyah; de promouvoir les méthodes modernes de planification durant toutes les séances de sensibilisation dans les écoles des zones ciblées; et d’impliquer des medias sociaux pour informer, échanger avec 1.000 adolescents et jeunes sur la SR/PF.
Pour réussir cette campagne de sensibilisation, des équipes composés de 24 jeunes filles et garçons sont déployées dans les écoles tant à Conakry que dans les préfectures de Coyah et Dubréka. Ces équipes sont parrainées par le bureau de la coalition nationale des organisations de la société civile sur la planification familiale (OSC/PF).
Au lycée du 28 septembre une des lycées retenue pour cette campagne de sensibilisation, le proviseur dudit lycée
Mamadouba Néribily Camara a salué la démarche qui, selon lui, sensibilise les jeunes sur la thématique et à coup sûr les amènera à un changement de comportement.
Le proviseur du lycée a émis quelques réserves. Il déplore la démarche qui, selon lui, « n’est pas adaptable dans nos sociétés et n’est pas compatible à nos coutumes et mœurs ». « On ne doit pas venir sensibiliser une jeunesse sur une question sensible comme la sexualité, a souligné le proviseur, en leur montrant les préservatifs et en leur demandant de les utiliser en cas de besoin. On doit changer nos méthodes de sensibilisation si on tient à réussir notre campagne, en encourageant les jeunes à s’abstenir, à avoir un bon comportement jusqu’ au mariage».
« Organiser des débats sur la thématique est une bonne chose si réellement on tient à réussir à changer le comportement des jeunes parce que, aujourd’hui, la situation est grave. Faisons quelque chose ensemble pour sauver notre jeunesse qui est la relève de demain», a formulé M. Camara.
De trois au départ en 2011, la zone de mise en exécution du projet est passée à 9 pays en 2017.
Le projet s’attèle à renforcer les capacités des organisations de la société civile, en les organisant en coalition et en les dotant d’un cadre optimal de fonctionnement et de gouvernance.
Par Kadiatou Thierno Diallo, Journaliste

LAISSER UN COMMENTAIRE