Arrêt sur image: L’homme qu’il faut à la place qu’il faut

Arrêt sur image: L’homme qu’il faut à la place qu’il faut

622
0
PARTAGER

Très honnêtement, le secrétaire général du gouvernement guinéen, Sékou Kourouma, aurait été plus utile à la Guinée s’il était simple balayeur de rue. Ancien ministre de la Fonction publique, il avait engagé toute sa famille dans l’administration guinéenne, à la faveur d’un recrutement clandestin dont ont bénéficié des mineurs, des neveux, cousins, cousins, frères sœurs, tantes, oncles, demi-frères, fils adoptifs, boys, et mêmes les chèvres de chez lui. Au regard de cette attitude unanimement déplorée, à l’époque, l’on imagine aisément que sa place est plus près des caniveaux que d’un poste ministériel quelconque, s’il est question d’accepter l’idée qu’on doit placer chacun à la place méritée. Comment veut-on que le pays marche si les balayeurs publics sont catapultés au sommet de l’État ?

LAISSER UN COMMENTAIRE